Transport maritime à courte distance

On dit souvent que les flottes intérieures s’adonnant à la marine marchande côtière ou intérieure font du transport maritime à courte distance. Bien que la définition de ce type de transport varie d’un pays à l’autre, il est généralement admis que cette activité particulière consiste à acheminer des marchandises par mer sans traverser d’océan. En Amérique du Nord, on utilise souvent le terme « autoroutes maritimes » pour désigner les parcours empruntés par ces flottes.

La navigation sur les voies navigables des Grands Lacs et du Saint-Laurent fait partie de cette catégorie de transport, les marchandises étant acheminées par des laquiers, aussi loin que Montréal la plupart du temps, où le fret devant être livré outremer est chargé sur des navires océaniques battant pavillon étranger.


Les voies navigables des grands lacs et du Saint-Laurent

Dans les Grands Lacs et sur la Voie maritime du Saint-Laurent, la plus grande partie du transport est effectuée par des navires battant pavillon canadien ou américain. Le transport à l’intérieur des Grands Lacs relève des flottes intérieures de ces lacs au Canada et aux É.-U. Le transport entre deux points aux États-Unis est réservé aux navires battant pavillon américain, alors que le trafic entre deux points au Canada est réservé à ceux battant pavillon canadien à moins qu’une exemption soit obtenue en vertu de la Loi sur le cabotage.

Les Grands Lacs et le Saint-Laurent sont des autoroutes maritimes depuis des siècles. À partir des années 1840, des écluses ont permis de contourner les obstacles naturels que représentent l'escarpement du Niagara et les rapides du Saint-Laurent, favorisant le transport maritime de marchandises et de passagers. L'un des principaux transporteurs était Canada Steamship Lines, qui a exploité un service de navires de caissage de 1904 à 1982, assurant le transport d'une grande variété de marchandises, qu’il s’agisse de voitures ou de conserves. Canada Steamship Lines demeure un joueur important, exploitant une part importante de la flotte de navires autodéchargeurs effectuant du transport maritime à courte distance sur les Grands Lacs. Sans la flotte des Grands Lacs canadiens et la Voie maritime, il serait économiquement impossible de livrer le minerai de fer du Labrador et du Québec aux aciéries implantées sur les rives des Grands Lacs, aux États-Unis.

 

Avantages économiques du transport maritime à courte distance

En 2011, l’étude intitulée « Les retombées économiques du réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent » a démontré que, en 2010, 322,1 millions de tonnes métriques de marchandises ont été manutentionnées par l’ensemble des ports et terminaux maritimes américains et canadiens du réseau Grands Lacs-Voie maritime. Le transport de ces marchandises a engendré les retombées économiques suivantes :

  • Emploi et revenu – Le commerce maritime sur le réseau Grands Lacs-Voie maritime a engendré 226 833 emplois aux É.-U. et au Canada en 2010, dont 92 923 emplois directs. Les détenteurs de ces emplois directs ont reçu 4,4 milliards de dollars américains (4,5 milliards de dollars canadiens) en revenu salarial, pour un salaire annuel moyen de 47 000 $ US (48 400 $ CAN).
  • Revenu des entreprises – Dans la foulée de l’activité maritime sur le réseau Grands Lacs-Voie maritime, les sociétés effectuant de la manutention de marchandises et fournissant des services de navires ainsi que des services de transport intérieur ont enregistré des revenus de 33,6 milliards de dollars américains (34,6 milliards de dollars canadiens).
  • Achats locaux – Les entreprises ayant des activités maritimes dans le réseau Grands Lacs-Voie maritime ont dépensé 6,4 milliards de dollars américains (6,6 milliards de dollars canadiens) pour des achats dans leurs économies locales respectives.
  • Retombées fiscales – Au total en 2010, l’activité maritime sur le réseau Grands Lacs-Voie maritime a engendré 4,6 milliards de dollars américains (4,7 milliards de dollars canadiens) de recettes fiscales aux paliers fédéral, des États et des provinces.

On peut consulter l’étude sur le site Web de l’Alliance maritime.

 

Avantages environnementaux du transport maritime à courte distance

Une étude récente intitulée « Impacts environnementaux et sociaux du transport maritime dans la région des Grands Lacs et de la Voie maritime du Saint-Laurent », publiée en février 2013, examine les impacts comparatifs des modes de transport ferroviaire, routier et maritime sur les plans suivants : efficacité énergétique; émissions de gaz à effet de serre (GES); émissions de principaux contaminants atmosphériques (PCA); congestion des voies de circulation; infrastructures; nuisances acoustiques. En plus de confirmer clairement que le transport maritime à courte distance constitue le mode de transport le plus écologique à l’égard de tous ces critères et que sa performance s’améliorera considérablement au cours des prochaines années, l’étude quantifie les impacts qu’engendrerait un changement dans le mode d’acheminement des marchandises transitant par les Grands Lacs. Ainsi, le transport par camion de toutes les marchandises actuellement acheminées par le réseau des Grands Lacs-Voie maritime se traduirait par 7,1 millions de déplacements de camions supplémentaires dans la région, soit une augmentation de l’ordre de 35 % à 100 % du nombre de camions actuellement en circulation sur les routes; les nuisances acoustiques causées par ceux-ci augmenteraient par ailleurs de 40 %. Ce changement de mode de transport aurait en outre des conséquences négatives pour l’environnement, haussant les niveaux d’émissions de GES, de NOx et de SOx, la congestion routière, les frais d’infrastructures routières ainsi que les niveaux de bruit.

On peut consulter cette étude sur le site Web de l’Alliance marine.

Définissez, Défendez et Faites la promotion (résumé)

Le besoin de différencier la navigation en mer de la navigation internationale dans l'application et le développement des conventions IMO et des règlements nationaux et des polices

Définissez, Défendez et Faites la promotion (rapport complet)

Le besoin de différencier la navigation en mer de la navigation internationale dans l'application et le développement des conventions IMO et des règlements nationaux et des polices

Fichier attachéTaille
Icône PDF Télécharger le résumé979.12 Ko
Icône PDF Télécharger le rapport complet3.99 Mo