Le plus grand vraquier traditionnel autonome de la flotte marchande intérieure du Canada maintenant au service de CSL

Vendredi 25 août 2017

Plus tôt cette année, Canada Steamship Lines (CSL) a accueilli au sein de sa flotte le M.V. Ferbec, un vraquier traditionnel autonome de 49 502 tonnes de port-en-lourd (tpl) muni de quatre grues et bennes. Le navire, qui naviguait auparavant dans la flotte australienne de CSL sous le nom
CSL Melbourne, est maintenant pleinement opérationnel dans le Golfe du Saint-Laurent. Il s’agit du plus grand navire du genre dans le marché intérieur canadien du transport maritime.

Lors de son arrivée à Québec le 13 mai 2017, le navire a été modifié et adapté à son nouvel environnement opérationnel. Le Ferbec navigue à présent sous pavillon canadien dans le corridor Havre Saint-Pierre-Sorel pour un client de longue date, Rio Tinto.

« C’est à dessein et avec une grande fierté que nous avons rétabli le nom de Ferbec et l’avons attribué à ce navire, a déclaré Louis Martel, président et chef de la direction du Groupe CSL.

« Le nouveau Ferbec emprunte les mêmes eaux et parcourt les mêmes routes sur le Saint-Laurent que le Ferbec d’origine, un vraquier océanique de 56 000 tpl. Il rappelle ainsi d’agréables souvenirs aux collectivités côtières qui avaient l’habitude de regarder passer le premier Ferbec. On ne verra malheureusement jamais le nouveau Ferbec sur les Grands Lacs, pas plus qu’on ne pouvait y apercevoir son prédécesseur. La coque de ce navire conçu pour le transport océanique est en effet trop volumineuse pour les écluses de la voie maritime du Saint-Laurent. »

Cliquez ici pour les spécifications techniques du Ferbec.

L’arrivée du Ferbec au Canada s’inscrit dans le programme d’optimisation de la flotte et de gestion de la capacité de CSL, en vertu duquel la Société a introduit dans la flotte canadienne six nouveaux navires de pointe de la Classe Trillium et retiré des navires plus vieux et moins efficaces, dont récemment le Pineglen, un vraquier de 33 197 tpl.

 

Le Pineglen a été vendu « tel quel et sur place » à un courtier maritime chargé de remorquer le navire rebaptisé vers un chantier de recyclage turc, en stricte conformité avec les règles et les règlements internationaux, ainsi qu’avec la rigoureuse politique de recyclage de navires de CSL.