Le Balder ouvre la voie au Pérou et au Chili

Mercredi 17 octobre 2012

La forte houle et les grosses vagues sont source d’importantes difficultés pour les autodéchargeurs. C’est l’une des raisons qui font que le Balder a marqué l’histoire en octobre 2012 : il a été le premier autodéchargeur à décharger une cargaison à Ilo, au Pérou, un site célèbre pour ses eaux clapoteuses.

Le 17 octobre dernier, le Balder a pris un chargement de charbon à Puerto Bolivar, en Colombie, pour Enersur SA, et est arrivé à Ilo à la fin du mois. Le déchargement s’est déroulé sans incident dans des conditions météorologiques idéales. Il n’y a eu aucun déversement, et l’émission de poussière de charbon a été contrôlée à l’aide d’un agent de surface et de l’eau. Le Balder a ensuite poursuivi sa route jusqu’à Patache, au Chili, pour aller chercher un chargement de sel à destination de New York.

La concrétisation de ce projet d’autodéchargeur à Ilo est survenue après de longues discussions avec Enersur, dont les deux grues portuaires avaient été mises hors d’état de servir lors d’un séisme majeur en 2001. CSL Americas a offert une première fois des services d’autodéchargeur à Enersur au début de 2002 mais, sceptique, Enersur a d’abord opté pour des vraquiers gréés. Le fait que ces navires doivent demeurer très près du quai pour que leurs grues de bord puissent atteindre les trémies a donné lieu à bien des difficultés. Les autodéchargeurs, par contre, peuvent rester à une plus grande distance, mais le mouvement de la flèche requiert beaucoup d’attention dans certaines conditions de la mer.

Ce premier autodéchargement réussi à Ilo a été bien reçu par le client et CSL étudie les possibilités de montrer à nouveau son savoir-faire au cours des mois d’hiver.

Prochain arrêt: Patache, Chili

Le chargement de sel à bord du Balder s’est lui aussi très bien déroulé. Malgré un délai causé par la panne d’un convoyeur à terre, le débit de chargement moyen était important.

Situé à 207 milles marins au sud d’Ilo, Patache est le port d’où la Compañía Minera Cordillera’s (CMC) exporte son sel. Au cours d’un hiver « normal » de l’hémisphère nord, CMC exporte environ 600 000 tonnes de sel de voirie à partir de Patache, la plus grande partie vers la côte est américaine. Chaque année, le port reçoit également 400 000 tonnes de charbon destiné à la plus importante compagnie d’électricité du Chili, Endesa.

Comme Ilo et la plupart des ports de la partie sud de la côte du Pacifique, Patache subit de fortes houles, en particulier pendant les mois d’hiver. Son orientation particulière accentue également l’effet des vagues sur les navires en train de charger ou de décharger.

Les projets d’Ilo et de Patache constituent d’importantes incursions dans de nouveaux marchés pour les autodéchargeurs de CSL Americas. Le bilan de cette expérience et les échanges avec Enersur et CMC serviront sans nul doute de point de départ aux futures discussions avec des clients potentiels de cette partie du monde.