Félicitations à la Voie maritime du Saint-Laurent alors que la 60e saison de navigation commence!

Mardi 26 mars 2019

L'histoire de longue date de CSL avec la Voie maritime du Saint-Laurent remonte à son tout premier jour d'exploitation.

Le 25 avril 1959, le vraquier de CSL, Simcoe, fut le premier navire commercial à transiter l’écluse St-Lambert. Simcoe a été suivi de près par Lemoyne, un autre vraquier de CSL. 

Considérée comme une des plus grandes réalisations techniques de son époque, la voie maritime du Saint-Laurent a changé pour toujours le transport maritime en ouvrant les grands lacs aux marchés mondiaux. 

Le jauge brute totale enregistré pour la première saison de navigation de la voie maritime était de 25,1 millions de tonnes. Depuis 1959, plus de 2,5 milliards tonnes de cargaisons estimées à $375 milliards ont été transporté au Canada, aux États-Unis et près de 50 autres pays.

Nous souhaitons à tous les membres d'équipage et à la Voie maritime une saison de navigation 2019 sous le signe de la sécurité.

SIMCOE

Le fait saillant des 53 années de service du Simcoe remonte à la matinée du 25 avril 1959. Ce jour-là, les yeux du monde entier se tournent vers le petit navire de Canada Steamship Lines alors qu’il s’engage dans l’écluse de Saint-Lambert près de Montréal. Attendue de longue date, la Voie maritime du Saint-Laurent entre enfin en service et le Simcoe inaugure une nouvelle ère de navigation sur les Grands Lacs. 

Le Simcoe avait auparavant fait partie des flottes Glen Lines et George Hall. Construit par Swan Hunter et Wigham Richardson à Wallsend (R.-U.), le navire prend initialement la mer le 1er mars 1923 sous le nom de Glencorrie.

Le vraquier d’une longueur de 79,55 m (261 pi) arrive au Canada au printemps. D’abord retenu à St. John's (T.-N.) par les glaces, le navire remonte le Saint-Laurent en vue de parcourir les canaux. En 1925, Le Glencorrie, dont le tonnage brut est de 1 783 tonnes, fait alors partie de la flotte Hall. Il charge la première cargaison de bois à pâte à Matane (QC), port qui devient un important centre de manutention de bois à pâte. 

Le navire se joint à la flotte de CSL en 1926 et est rebaptisé Simcoe l’année suivante. Le navire remplit des missions relativement standards, mais, durant la Seconde Guerre mondiale, il transporte un canon anti-sous-marin en réponse à la menace posée par les submersibles ennemis. L’armement est retiré du navire à Toronto en 1945. 

L’ouverture de la Voie maritime, qui sonne l’heure de gloire du Simcoe, marque par ailleurs la fin de sa vie utile pour CSL. Le navire est mis en rade à Kingston. Mais plutôt que d’être relégué à la ferraille comme la plupart des navires de sa génération, le Simcoe est vendu en 1961 à Northern Offshore Drilling, qui le renomme Nordrill et le convertit au forage de gaz sur le lac Érié. Initialement propulsé par un moteur à triple détente, puis doté de hors-bord, le navire est tiré par un remorqueur à compter de 1968. 

Inactif en 1974 après que le Telesis ait pris le relais, Nordrill est vendu à la récupération maritime. La coque est transportée à Ramey’s Bend, à Port Colborne le 8 octobre 1974 et y est démantelée l’année suivante. 

LEMOYNE

En 1946, Lemoyne est sans doute le navire marchand le plus connu des Grands Lacs. Il détient alors la marque nationale du plus grand navire sur les mers intérieures depuis deux décennies, ainsi que plusieurs records de marchandises transportées. 

Il s’agit du dernier navire construit pour la Great Lakes Transportation Co. Il n’est pas encore en service lorsque CSL se porte acquéreur des grands navires de cette entreprise en 1926. 

C’est la Midland Shipbuilding Company qui construit l’immense vraquier, qui prend la mer sous le nom de Glenmhor le 23 juin 1926. Le bâtiment d’une longueur de 192,93 m (633 pi) est le premier doté d’une largeur de 21,33 m (70 pi) et dont les citernes latérales longitudinales s’étendent jusqu’au pont d’espar.

Le navire d’une capacité de 10 480 tonnes brutes est propulsé par un moteur à triple détente des surplus de guerre et quatre chaudières écossaises à charbon subséquemment converties au pétrole.

Mis en service sous le nom de Lemoyne, le navire établit un record de matières transportées le 19 août 1926 quand il charge 15 415 tonnes de charbon à Sandusky (Ohio), puis un autre le 21 septembre avec un chargement de 518 000 boisseaux de blé en provenance de Fort William. 

En 1938, Lemoyne détient des records de transport de blé, de charbon, de maïs, de seigle et de céréales mélangées. En juillet 1942, il livre un chargement record de 17 253 tonnes de minerai à Hamilton. 

Lemoyne est le choix naturel lors de l’ouverture officielle du quatrième canal Welland le 6 août 1932. Même le gouverneur général du Canada est de la partie et les célébrations se poursuivent lorsque le navire arrive au silo à céréales de Kingston avec sa cargaison de 532 556 boisseaux de blé. 

Au cours de l’après-guerre, de nouveaux navires de CSL poussent peu à peu Lemoyne hors des projecteurs. Le navire fait quand même occasionnellement la manchette, notamment celle du premier transport amont lors de l’ouverture de la deuxième saison de la Voie maritime du Saint-Laurent le 18 avril 1960. 

Le 29 juin 1966, le navire attire malheureusement l’attention lorsqu’il entre en collision avec le Martian non loin du pont de la rue principale à Welland. L’incident met néanmoins en évidence la nécessité d’aménager un canal de contournement permettant d’éviter les nombreux virages et ponts du canal existant. Le 24 octobre 1968, Lemoyne livre une dernière cargaison de 367 107 boisseaux de blé à Kingston. Après le déchargement, qui dure 12 heures et 45 minutes, le navire se dirige vers le poste d’amarrage à l’ouest du silo. 

Après avoir été vendu en vue d’être mis à la ferraille, Lemoyne entreprend son ultime voyage au départ des Grands Lacs et s’engage dans la Voie maritime le 29 mai 1969. Le remorqueur Koral prend le relais à Québec et tire l’ex-champion canadien à travers l’Atlantique jusqu’à sa destination, à Santander en Espagne, où il arrive le 27 juin 1969.